CEFA-MONKOLE
CEFA Katanga

Mis en place depuis 2011, l’antenne du CEFA au KATANGA dénommé « CEFAKAT » a réalisé tout au long de cette année, un certain nombre d’activités dans le cadre des projets TP LABO, PAFOVED et des enseignements post-universitaires.

 

Mis en oeuvre depuis novembre 2013, le projet sur le paludisme a comme objectif l’étude de la résistance du plasmodium falcifarum en RDC. Il vise à suivre l’évolution de l’endémie palustre et à évaluer l’efficacité des médicaments utilisés par les populations, afin de donner des éléments au Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLCD) pour mettre à jour ses stratégies. Il a bénéficié d’un financement du ministère des Affaires Etrangères Français/France Expertise, dans le cadre de « l’initiative 5%, Sida, Tuberculose, Paludisme » qui vient en complément de la contribution française au Fonds Mondial contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme.

 

C’est une approche nouvelle basée sur l’utilisation d’un laboratoire mobile (K-LMP, Société K-Plan) qui permet d’effectuer les examens au plus près des patients. Il résulte d’une collaboration entre l’Institut National de Recherche Biomédicale(INRB) de Kinshasa, le CEFA/Centre Hospitalier Monkole, et l’UMR-MD3, Université Aix-Marseille et le laboratoire français K - PLAN.

OBJECTIF

 

Le projet sur le paludisme a comme objectif, l’étude de la résistance du plasmodium falcifarum en RDC. Il vise à suivre l’évolution de l’endémie palustre et à évaluer l’efficacité des médicaments utilisés par les populations, afin de donner des éléments au Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLCD) pour mettre à jour ses stratégies.

REALISATIONS

1. Travaux pratiques de laboratoire

En 2014 :

 

 

  • Dix-huit séances de travaux pratiques ;
  • Six séances de Parasitologie : 150 participants ;
  • Une séance de sérologie : 11 participants ;
  • Une séance d’immuno-sérologie sur le thème : « Groupage sanguin par la méthode SIMONIN», 11 participants ;
  • Trois séances d’initiation au laboratoire ;
  • Une séance de Biochimie sur le thème : «différence entre sérum et plasma: dosage de la glycosurie et la protéinurie », 11 participants ;
  • Une séance de Chimie sur le thème : «préparation de chlorure de sodium 0,9% pour l’analyse de selles à frais», 11 participants ;
  • Trois séances d’Hématologie : 55 participants ;
  • Deux séances de Bactériologie : 32 participants ;
  • Les séances de projection : 49 participants.

 

Au total 330 participants à ces séances.

En 2015 :

 

 

Les activités de travaux pratiques de laboratoire ont été organisées au niveau des trois institutions partenaires : l’ISTM/LUBUMBASHI, l’IEM/KAMALONDO et l’IEM/KIUBO.

 

Les modules de formation ont porté sur :

  • L’hématologie : 40 séances dont 251 formés ;
  • La parasitologie : 40 séances dont 251 formés ;
  • La bactériologie : 19 séances dont 144 formés ;
  • La biologie : 6 séances dont 60 formés ;
  • L’immuno-sérologie : 4 séances dont 22 formés ;
  • La biochimie : 5 séances dont 22 formés ;
  • L’immuno-hématologie : 2 séances dont 22 formés ;
  • La microbiologie : 2 séances dont 50 formés ;
  • La virologie : 1 séance dont 22 formés ;
  • L’initiation au laboratoire : 10 séances dont 91 formés ;
  • La sérologie : 1 séance dont 2 formés (professionnels).

 

Au total 130 séances des travaux pratiques ont été organisées et 937 personnes formées ou recyclées.

2. Activité du projet PAFOVED

 

 

La Plate-forme d’Appui, de Formation et de Veille sur la Drépanocytose (PAFOVED) a pour but d’organiser le dépistage néonatal, de former le personnel médical et paramédical et d’appuyer en terme de formation les associations de lutte contre la drépanocytose.

 

 

En 2014, Les activités ont porté sur :

 

 

  • L’appui à la prise en charge et suivi de la drépanocytose ;

 

 

Dans le cadre d’appui à la prise en charge et suivi de la drépanocytose, le CEFAKAT a travaillé en partenariat avec les structures privées qui viennent avec leurs enfants drépanocytaires aussi bien qu’avec la Mutuelle de Santé des Enseignants de l’Enseignement Primaire et Secondaire (MESP), la Bralima Sarl et la Société Nationale d’Assurance.

 

54 drépanocytaires ont été répertoriés et pris en charge régulièrement.

 

 

  • L’éducation des parents de drépanocytaires pour le suivi de leurs enfants ;
  • La sensibilisation communautaire sur la drépanocytose ;

 

La sensibilisation lors de la 6ème journée mondiale de la drépanocytose : «Les mesures envisagées pour réduire le coût de la prise en charge de drépanocytaires » ; une émission radio diffusée le 20 juin 2014 ; 425 femmes sensibilisées lors des Consultations Pré-Natales (CPN) et Pré-Scolaire et la campagne de sensibilisation dans une école auprès de 69 participants.

 

 

  • Prélèvement et récolte des échantillons ;

 

2.124 échantillons auprès des toutes les formations médicales partenaires : 1,9% de sujet SS et 13% de AS.

 

En 2015, les activités de la drépanocytose ont porté sur : l’appui à la prise en charge et au suivi des drépanocytaires avec 244 consultations et 2.661 nouveau-nés dépistés ; la vaccination de 14 drépanocytaires, 70 nouveaux cas de drépanocytaires suivis ; la récolte de 3.523 échantillons auprès des formations médicales ; la sensibilisation sur la drépanocytose auprès des femmes dans les structures médicales partenaires et écoles, avec au total 26 séances de sensibilisation et 2.149 personnes sensibilisées ; une émission radio télédiffusée sur la drépanocytose; l’organisation de 10 séances de formation auprès de 104 professionnels formés ou recyclés.

3. Enseignement Post Universitaire

 

Parmi les formations organisées on peut retenir : Séminaire sur la Biologie Clinique ; Restitution du 5ème symposium international de la drépanocytose en Afrique centrale ; Le séminaire sur la sécurité transfusionnelle.

 

68 personnes y ont pris part.

 

 

CEFA-MONKOLE