CEFA-MONKOLE
Projet Paludisme

«Surveillance de l’endémie palustre et évaluation de l’efficacité des médicaments pour une mise à jour de la stratégie de lutte contre le paludisme ».

 

Mis en oeuvre depuis novembre 2013, le projet sur le paludisme a comme objectif l’étude de la résistance du plasmodium falcifarum en RDC. Il vise à suivre l’évolution de l’endémie palustre et à évaluer l’efficacité des médicaments utilisés par les populations, afin de donner des éléments au Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLCD) pour mettre à jour ses stratégies. Il a bénéficié d’un financement du ministère des Affaires Etrangères Français/France Expertise, dans le cadre de « l’initiative 5%, Sida, Tuberculose, Paludisme » qui vient en complément de la contribution française au Fonds Mondial contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme.

 

C’est une approche nouvelle basée sur l’utilisation d’un laboratoire mobile (K-LMP, Société K-Plan) qui permet d’effectuer les examens au plus près des patients. Il résulte d’une collaboration entre l’Institut National de Recherche Biomédicale(INRB) de Kinshasa, le CEFA/Centre Hospitalier Monkole, et l’UMR-MD3, Université Aix-Marseille et le laboratoire français K - PLAN.

OBJECTIF

 

Le projet sur le paludisme a comme objectif, l’étude de la résistance du plasmodium falcifarum en RDC. Il vise à suivre l’évolution de l’endémie palustre et à évaluer l’efficacité des médicaments utilisés par les populations, afin de donner des éléments au Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLCD) pour mettre à jour ses stratégies.

REALISATIONS

 

Au cours de ces années, les activités étaient basées sur :

 

  • La mise à jour de la stratégie de lutte contre le paludisme sur quatre sites en RDC : la Province de Kinshasa (Hôpital de Kingasani et l’Hôpital de la rive) et la Province de Bas-Congo (Kimpese et Kisantu);
  • Le renforcement de la surveillance de l’endémie palustre et de l’efficacité des médicaments ;
  • Le renforcement de la capacité technique des structures centrales (CH Monkole/INRB) et des centres de santé à travers : - la réalisation des études de niveau de sensibilité des parasites aux antipaludiques et - l’établissement de la cartographie de la résistance de P. Falcifarum aux antipaludiques.

 

Au total 4.500 patients ont été examinés, 2.794 prélèvements traités et 20.500 analyses réalisées.

 

 

CEFA-MONKOLE